une place importante

 Une place importante dans les chaînes alimentaires :

Des proies faciles...

Pour beaucoup d'espèces animales les vers de terre épigés et anéciques représentent, à certaines époques de l'année, l'essentiel de la nourriture. C'est le cas pour le merle, le rouge-gorge, la chouette chevêche, la bécasse, la mouette, le sanglier, le blaireau... Ce dernier en fait une grande consommation tant que les conditions climatiques les rendent accessibles. Le faucon crécerelle, le renard en consomment également de façon régulière. N'oublions pas les poissons qui profitent de vers de terre entraînés par les orages. On pourrait allonger indéfiniment cette liste car la plupart des prédateurs sont opportunistes et profitent de toute source de nourriture abondante et facile à se procurer.

... qui concentrent la pollution

 

Parce qu'ils ingurgitent des quantités considérables de terre et de débris végétaux pour se nourrir, les vers de terre concentrent la pollution. A proximité des routes on a trouvé dans les vers de terre des concentrations en plomb plusieurs dizaines de fois supérieures à celles du sol. La même chose a été observée pour le DDT, la concentration de ce polluant atteignant 150 fois celle observée dans le milieu. Ainsi les vers de terre jouent dans le milieu terrestre le même rôle de concentrateurs de pollution que l'on observe en milieu marin chez les mollusques. C'est un aspect très important et qu'il ne faut jamais perdre de vue quand on évalue les risques de toxicité dus à la présence d'un polluant

   Importance économique

Si l'on fait référence au marché, l'importance économique des vers de terre n'est sans doute pas très considérable. Les unités de traitements d'ordures ménagères par les lombrics constituent encore une curiosité. Le marché des vers pour la pêche est un débouché limité. On a un temps envisagé de produire des farines pour l'alimentation animale à partir de vers de terre. L'avenir de cette filière paraît bien incertain. La véritable utilité des vers de terre réside dans des services que l'économie classique ne prend pas en compte bien qu'ils puissent, à terme, coûter très cher quand ils ne sont plus assurés de façon naturelle.

×